Actualité Chemin de Mémoire
Chemin de Mémoire PDF Imprimer E-mail
Dimanche, 19 Août 2018 12:36
L'inauguration du Chemin de Mémoire de Rozérieulles a eu lieu dimanche 19 août 2018.
Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien financier de Metz Métropole et de la commune de Rozérieulles, mais sans le travail mené pendant quatre années par une équipe de bénévoles, il n'aurait pu être réalisé.

Le départ se situe à la hauteur de la ferme St Hubert, sur le plateau de Rozérieulles. Le circuit, agrémenté de panneaux explicatifs, vous propose une boucle de 4.5 km. (Prévoir des chaussures adaptées).

Bonne promenade et découverte à tous et à toutes."

Discours de Monsieur le Maire :

Mesdames, Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires,
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Associations,
Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

19 Août 1870 – 19 Août 2018

Il y a 148 ans jour pour jour Rozérieulles se réveillait au lendemain de la plus grande bataille du 19e siècle. 400 000 hommes s’y affrontent, ou comptera plus de 30 000 morts, blessés ou disparus tant français qu’allemands.

Le champ de bataille fait 15 km de long, il s’étend bien au-delà de la ligne d’horizon depuis la vallée de la Moselle au sud jusqu’à la Vallée de l’Orne au nord.

Les combats des 14,16 et 18 août ont marqué l’histoire de la Lorraine, plus particulièrement celle du département de la Moselle. Des combats aux conséquences décisives sur l’issue du conflit Franco-Prussien.

Gravelotte. Saint-Privat. Rozérieulles des noms résonnant comme autant de défaites pour l’armée française.

Au lendemain de cette guerre Franco-Prussienne, chaque régiment allemand ayant pris part aux différents combats va honorer la mémoire de ses disparus en érigeant son propre mémorial. La campagne messine se couvre alors de monuments, d’où la plus forte concentration de monuments commémoratifs relatifs à un seul conflit.

L’oubli a fait son œuvre, l’injure du Temps est des hommes également.

Au retour de l’Alsace-Moselle à la France fin 1918 beaucoup de monuments ont perdu leurs symboles trop voyants de la puissance militaire prussienne. Les bronzes représentant les aigles aux ailes déployées, les lions à la gueule menaçante, les fantassins sabre au clair, les portes étendards drapeau flottant au vent, ont été renversés par des patriotes. Des agriculteurs ont grignoté les chemins d’accès, ont renversé certains monuments pour faciliter leurs labours. Des vandales les ont régulièrement dégradés.

Heureusement malgré toutes ces mutilations, ces monuments ont survécu. Ils sont les seuls survivants, avec le Musée de Gravelotte, de cette guerre oubliée.

Reste donc ces monuments, encore faut-il connaître leur existence, leur emplacement. C’est pour ces raisons, que notre commune qui attache une importance toute particulière au devoir de mémoire, à souhaiter, à l’instar de notre commune voisine de Gravelotte, mettre en lumière ce site trop longtemps oublié.

C’est ainsi que la commune soutenue financièrement par Metz Métropole et sous l’impulsion d’un groupe de fidèle bénévoles se sont mobilisés pour mettre en lumière ce que le temps avait enfouit.

Durant de nombreuses semaines, ce groupe de fidèles c’est réuni ici où nous nous trouvons, armé d’outils et surtout de la volonté d’ouvrir ce chemin afin que les randonneurs qui fouleront désormais ce sentier, s’imprègnent de la mémoire du lieu.

Je profite de cette occasion pour saluer l’engagement de ce groupe de fidèle qui s’est investi au service de l’intérêt collectif.

Je veux aussi rappeler combien votre engagement est un des piliers de la République.

A l’heure où les préoccupations économiques sont mises au premier plan par l’ensemble de la classe politique, je veux rappeler que les notions de solidarité, d’entraide ont plus que jamais leur place dans notre société.

Le temps que vous consacrez au développement de l’intérêt collectif, c’est autant de liens, d’énergie et des richesses supplémentaires insufflées à notre village. En tant que Maire, je tiens à ce que cette richesse soit valorisée et soutenue.

Je profite de cette cérémonie organisée aujourd’hui pour vous exprimer toute ma gratitude et ma reconnaissance.

Au nom de tous recevez tous mes remerciements.

Pour terminer, je souhaite que notre chemin de mémoire participe à une meilleure connaissance des monuments commémoratifs de la guerre de 1870 érigés sur le banc de Rozérieulles.

Monuments trop injustement méconnus, et que nous voudrions voir sortir de l’oubli.


Discours de Madame Chenet :

Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires,

Mesdames et Messieurs les Élus,

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Associations,

Mesdames, Messieurs,

 

Merci (Monsieur le maire) Monsieur Thurnherr pour ce rappel historique.

 

Sur le plateau de Rozérieulles, un chemin de mémoire conduira désormais les marcheurs devant quelques-uns des monuments édifiés en souvenir des combats de 1870, en complément du magnifique musée de Gravelotte.

 

Une boucle de 4,5 km y mènera le promeneur sur les champs de bataille, mais aussi dans la vallée de la Mance, longtemps appelée le « ravin de la mort », tant les victimes y furent nombreuses, et où l’Histoire laisse aussi la place à une étonnante flore.

 

Cette promenade, agrémentée de panneaux d’information décrivant le déroulement des opérations de 1870, traverse en effet des sites naturels très pittoresques et d’une étrange beauté.

 

Elle est aussi une invitation à flâner, s’arrêter près d’imposantes constructions situées à des endroits stratégiques, ou d’un modeste mémorial finement sculpté en milieu forestier, comme la tombe du major Von Hadeln, dont l’attaque devant la ferme de Saint Hubert a été peinte par Rochling (ce tableau est actuellement visible au musée de Gravelotte). 

 

Descendre la Taie au Renard, et parcourir les anciennes carrières de pierre de Jaumont où des fossiles apparaissent souvent à fleur de sol, permettra aussi de découvrir la renoncule à feuille de platane, les orchidées locales, la dentaire pennée et tant d’autres plantes singulières.

 

Pour toute inauguration, et spécialement pour celle-ci, il convient d’adresser nos remerciements à ceux, sans qui ce chemin de mémoire n’existerait pas.

Nous pensons spécialement à M. Emmanuel Boudot qui est à l'origine du projet,

à Monsieur Alain Seivert pour la mise à disposition de ses précieuses archives,

Monsieur Gérard Liègeois pour son accompagnement et son implication durant toute la réalisation du chemin,

Monsieur Rémy Volpini pour sa disponibilité et la réalisation de l'ensemble des panneaux de signalisation,

Monsieur Pierre Charles pour son bel ouvrage de ferronnerie,

et Monsieur Luc Valetti qui a su donner de son temps et son énergie pour mener à terme ce projet.

On ne saurait bien sûr passer sous silence l'ensemble des bénévoles qui se sont investis, ont donné leur temps et leurs bras par tous les temps, sous l’égide de la jeune association « Rozérieulles Patrimoine »

 

Nous saluons le soutien de la direction de la promotion culturelle et touristique de Metz Métropole, représentée par son directeur-général adjoint Olivier Léderlé,

Ainsi que celui de M. le maire de Rozérieulles Roger Peultier, et l’ensemble de son conseil municipal.

A vous toutes et vous tous, merci d’être ici présents.

 

Je vous souhaite une belle promenade, ce qu’est aussi ce Chemin de mémoire.

Vous saurez la conseiller à vos amis et votre entourage, et y revenir, car la mémoire n’est pas qu’un chemin, mais aussi un devoir.


 




 
Visiteurs :
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter